archive

Uncategorized

Celui-là n’aurait pu avoir sa place ici que pour le plaisir de citer son nom. Pariah Carey. Je sais pas toi mais moi, j’adore. Derrière ce calembour se cache Jheri Evans, un jeune parmi tant d’autres de la bourgade de Wilmington. Wilmingquoi ? Wilmington, Caroline du Nord, bled paumé entre Charleston et Jacksonville. Rien à faire de ses après-midi à part s’exciter sur sa console de jeux, puis trainer à la boutique de disques locale, Gravity Records. Et revenir s’enfermer dans sa piaule pour débiter à la chaine des morceaux destinés à d’hypothétiques disques qui ne se vendront jamais.

Un premier EP début 2011, City of Ash. Un autre en octobre 2011 dont les titres samplent des musiques de jeux vidéo. Une cassette 2 titres nommée Haokah parce que les cassettes c’est cool, et s’inspirer des BO de science-fiction c’est übercool. Et puis 2012 et ce nouvel EP baptisé Rhizome, dont chaque titre sample un vieux sermon d’église. 5 titres joueurs emballés dans une pochette qui aurait pu être dessinée par les petits enfants des papys de Kraftwerk. Et les morceaux ? Parfaits pour illustrer la musique du bibliobus qui aurait circulé dans les rues du Los Angeles de Bladerunner. Passe quand tu veux à la maison petit, la PS2 sera toujours branchée pour toi.

Les 5 titres du Rhizome EP

Le Galactic Straw Destroyer mix  

Et deux anciens morceaux

/



Ce blog a un mois et quelques jours et compte déjà plus de 1200 pages vues. Pas mal pour ce qui était un peu plus qu’un test mis en ligne sur un coup de tête. En attendant une tour de bureaux climatisés, il est temps de faire une pause et de revenir avec de nouvelles idées. Une bonne raison pour aller courir les plages de Méditerranée à la recherche d’investisseurs.

Facile de les reconnaitre en maillot de bain, ils fument généralement le cigare. Les bateaux de plus de 50 mètres de long feront aussi l’objet d’un dépôt de dossier de blog. Et toi qu’est-ce que tu fais pour les vacances ? Ben je vais sûrement changer d’adresse. Tout ça sera expliqué ici même à partir du (16) 25 août.



Après que mes amis de Tsugi m’ont demandé de coordonner leur hors série d’été consacré à 100 artistes oubliés et méprisés de la musique, je suis allé parler de tout ça chez mon autre ami Erwan Perron. Le barde celte de la nuit électronique parisienne m’a fait l’honneur de m’inviter dans son émission Bien ou Bien ?, talk-show hebdomadaire survitaminé consacré aux musiques électroniques sur le site de Télérama, afin de lui expliquer ce concept qu’il avait du mal à comprendre lors de notre première discussion autour d’une cervoise.

Parmi cette liste de 100 artistes, j’ai donc choisi et défendu ma sélection de 4 piochés dans plusieurs décennies mais de musiques électroniques, comme l’exige la tradition de l’émission du sanglier.  Un grand moment de bonheur radiophonique qui m’a rappelé avec émoi mes premiers pas sur les ondes de la France FM libérée de 1981. Pour ce qui est du hors série, il arrive dans tous les bons kiosques le 23 juillet. Bien et même très bien.

BIEN OU BIEN ? SPECIAL HORS SERIE TSUGI :



 

 

 

 

 

ET POUR LA MÊME SELECTION SANS BAVARDAGES :

 

 

 

Le 14 juillet, les Américains s’en tamponnent le coquillard. Eux, c’est le 4 juillet qu’ils fêtent car le jour de l’indépendance nationale. Peu importe, Kelis, en 2010 chantait cette journée dans un clip presque pas vulgaire, sur un album, Fleshtone, qui virait dance en lieu et place de son R&B habituel, avec même quelques progs signées de notre cagole David Guetta. 4th of July sample un obscur groupe de dance rock canadien dont l’histoire n’a pas retenu le nom. Mais surtout, il y est question de Fireworks (feux d’artifices) et ça suffira bien pour clore l’affaire avec notre petite chanteuse de Harlem. Du tout bon pour aujourd’hui.

%d blogueurs aiment cette page :