Balam Acab, ambient, spleen et digital

Lecteur 2.0, je te propose un nouveau jeu. Ici on arrête de se réfugier derrière des nouveaux termes débiles importés en contrebande et dont je suis moi-même une pauvre victime. Ici on arrête de se lamenter sur la retraite de Lenoir ou de se pignoler sur le niveau de la reformation (déformation plutôt) des La’s. Il y a tellement mieux à faire dans la vie. Pour clore cette affaire de terminologie, le jeune homme dont il est question ici a été affilié au courant dit witch house, nommé ainsi à cause de junkies dépressifs (Salem) et de sorcières en bois (Zola Jesus, LA Vampires, Esben & the Witch…) Pour le reste, tous les petits électroniciens souffreteux apparus aux US au même moment (2009/2010) et qui ne recouraient pas à des rythmiques balearic ont été collés dans ce panier de crabes accueillant comme une communion chez la famille Adams.

Tout ceci serait risible si cela faisait l’affaire des artistes. Oui mais non car derrière les effets de mode, oOoOO, White Ring ou Balam Acab (les meilleurs du lot) attendent toujours qu’on leur donne leurs cadeaux d’Halloween. Derrière Balam Acab, du nom d’un dieu maya qui provoqua des arcs-en-ciel en décochant des flèches dans les nuages, se cache Alec Koone. Ce vingtenaire originaire d’Ithaca dans l’état de New York, a été étudiant en Pennsylvanie (et non en Transylvanie, ho ho), auteur fin 2009 d’un magnifique EP 5 titres (See Birds) qui doit finalement plus au dub blanc et aux collages psyché d’Animal Collective qu’à la dark-wave.

En cette fin août, il publie Wander / Wonder, son premier vrai album, toujours sur le label de Brooklyn Tri Angle (Clams Casino, oOoOO, How To Dress Well, Holy Other…). Et c’est indéniablement un des chocs de l’année, un disque envoutant avec ses voix ensorcelantes et ses atmosphères baroques qui vous enlacent dès le Welcome d’ouverture.

Avec Wander / Wonder, Balam Acab réussit le tour de force de concilier les quatre éléments comme personne : terre, eau, feu et air, avec une grâce inattendue pour son jeune âge, retenant la leçon du dubstep britannique pour l’emmener faire une sieste dans les sous-bois. Les voix sont trafiquées, l’influence du R&B est digérée au milieu de l’ambient, de la pop et de la musique contemporaine. C’est classique, c’est moderne, c’est blanc, c’est noir, c’est coloré, c’est aveuglant comme un rayon de soleil qui perce entre les arbres d’une clairière. Comme quoi il n’y a pas que le noir dans la vie.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :