Cool Kids, le rap du bon vieux temps

Le monde entier semble s’en balancer et ça pour ça que j’ai envie de parler d’eux. En 2008, leur premier faux album, mais vrai gros EP, The Bake Sale, s’apparentait à une fontaine de Volvic tombée du ciel après un mois à errer dans le désert sans Ray Ban (un blog qui démarre a besoin d’appel du pied aux annonceurs, NDLR). Pourtant, comme The Clipse, les Cool Kids sont restés des seconds couteaux du hip-hop américain, qui leur préfère des gros bras tatoués pour les charts, et de bonnes vieilles grosses ficelles pour la street credibility (Odd Future et compagnie). Ils étaient pourtant l’alternative idéale. Et le restent encore avec leur nouvel album, When Fish Ride Bicycles.

 

The Cool Kids, c’est Antoine Reed alias Mikey Rocks et Evan Ingersoll alias Chuck Inglish, deux rappeurs de Chicago qui retrouvent de façon miraculeuse la fraicheur de l’âge d’or du hip-hop US. Ils aiment ces beats squelettiques qu’affectionnaient les pionniers et ont la tchatche facile, aussi nonchalante que rigolote. Annoncé dès la sortie de The Bake Sale, When Fish Ride Bicycles n’arrive qu’aujourd’hui mais peu importe car ses rimes sont intemporelles et sa portée universelle. Meilleur titre du lot, ce Swimsuits avec l’excellent soulman Mayer Hawthorne en invité pour un ensemble qui fleure bon le R&B réjouissant. Non à Ben. Mais un grand oui aux oncles Cool.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :