Maceo Plex, l’amour de l’été

Deux décennies après les premiers étés de l’amour, la house music demeure toujours l’une des expériences sensorielles les plus délicieuses, y compris si on ne la vit qu’avec de l’amour de l’eau fraiche. L’Espagnol Eric Estornel alias Maceo Plex ne déroge pas à la règle avec son nouvel album Life Index qui parait sur le label londonien Crosstown Rebels – qui au passage va finir par atteindre la perfection (Damian Lazarus, Art Department, Pier Bucci ou Jamie Jones entre autres perles) si personne ne lui coupe l’électricité.

Plus chaleureux que sous son pseudo tech de Maetrik, Estornel retrouve une voix humaine et dangereusement sensuelle qu’il fait couler sur une dance ensoleillée, languide et sexy comme d’autres tournent des films érotiques à la plage. Ça s’écoute sans faim. Surtout, ça s’écoute sans fin : déjà un classique du genre et l’un des grands plaisirs même pas honteux de cette année.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :