1984 comme papy Orwell ne l’imaginait pas

En tombant sur ce mur parisien, l’année 1984 ressurgit. Une année soi-disant pas terrible musicalement d’une décennie soi-disant pas terrible musicalement. Quelques albums ? Some Great Reward de Depeche Mode, Reckoning de R.E.M., Welcome to the Pleasuredome de Frankie Goes to Hollywood, The Wonderful and Frightening World of the Fall de The Fall, Like A Virgin de Madonna, Hole de Foetus, In The Studio de Special AKA, Jam Science de Shriekback, Love On The Beat de Serge Gainsbourg, Heartbeat City de The Cars, The Smiths, Let it Be des Replacements, My War de Black Flag, Ocean Rain d’Echo & the Bunnymen, Zen Arcade de Hüsker Dü, Red Roses for Me des Pogues, Zulu Rock de Lizzy Mercier Descloux, Goodbye Cruel World d’Elvis Costello, From Her to Eternity de Nick Cave & the Bad Seeds, Café Bleu de The Style Council, Cop des Swans, Various Positions de Leonard Cohen, Micro-Phonies de Cabaret Voltaire, The Las Vegas Story de The Gun Club, Swoon de Prefab Sprout, Aural Sculpture de The Stranglers, Lumières de Gérard Manset, It’s My Life de Talk Talk, Medicine Show de The Dream Syndicate, Burial de Death in June (groupe créé par des ex-Crisis, auteur du single PC 1984), Passions privées de Jean-Louis Murat, Mirror Moves des Psychedelic Furs, Brilliant Trees de David Sylvian . Et 1984 de Van Halen, bien entendu. 1984, c’est aussi l’année de naissance de Marouane Chamakh, Scarlett Johansson, Calvin Harris et Katy Perry, mais avouez qu’on s’en fout.

Crisis – PC 1984

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :